Kourtney Kardashian nous les a montrées : elle possède une dizaine de chaises Changigarh originales dans sa maison de Calabasas à Los Angeles. Et elles ne sont pourtant pas faciles à trouver : leur prix est exorbitant et il est interdit de les sortir d’Inde, là où elles sont fabriquées, sans une autorisation du ministre de la Culture.

Vous vous demandez surement pourquoi un pays interdirait l’exportation d’une chaise qui n’est pas fabriquée avec des matériaux particulièrement nobles sinon en teck – un bois très commun en Inde – et en fibres végétales.

 

L’histoire fascinante de la chaise Chandigarh que l’on voit partout
Tribunal Suprême de Chandigarh

​La réponse est une histoire fascinante. Elle implique donc un grand architecte. Ainsi qu’une ville avec de grands espaces verts et de grands bâtiments brutalistes aux intérieurs remplis de couleurs. Une ville comme il n’en existe aucune autre parmi les nombreuses villes que compte le pays asiatique. Et on pourrait même ajouter : une ville comme aucune autre au monde. On veut bien sûr parler de Chandigarh. Cité créée par nul autre que Le Corbusier, sans doute le nom le plus influent de l’architecture moderne.

Les Cinq points d’une architecture nouvelle par Le Corbusier

Le suisse Le Corbusier, né en 1887, a révolutionné le monde dans les années 20. Ses théories défendaient ainsi le principe selon lequel les habitations ne devaient pas seulement être belles, mais aussi pratiques et fonctionnelles.
 Par ailleurs il fut le premier à utiliser le béton armé, permettant de construire des bâtiments plus hauts et plus légers.

L’histoire fascinante de la chaise Chandigarh que l’on voit partout

À partir de ces deux concepts, Le Corbusier publia donc en 1926 Cinq points d’une architecture nouvelle :

  1. Le premier étage serait sur pilotis sur lesquels s’appuierait l’édifice. Le jardin se trouverait sous la maison. Grâce à ce système, les voitures pourraient entrer, sortir, se garer avec facilité.
  2. Les murs porteurs ne seront plus indispensables. L’utilisation de matériaux nouveaux tels que le béton armé, permettent d’utiliser seulement des piliers. De cette façon, l’espace peut rester parfaitement diaphane, de type loft. Il pourra se diviser avec des parois amovibles selon les nécessités de ses habitants.
  3. La façade ne servirait que d’enceinte, comme une sorte de «couloir» pour séparer l’extérieur et l’intérieur de la maison. Cela offrirait également une plus grande liberté de construction.
  4. Tout au long de cette façade, on y installerait une grande fenêtre horizontale. Elle permettra de distribuer la lumière de façon équitable entre toutes les pièces de la maison.
  5. Les toits seront plats, pour y placer un jardin qui protègerait la maison du climat. Il offrira également une espace à l’air libre.
L’histoire fascinante de la chaise Chandigarh que l’on voit partout

La maison construite par Le Corbusier à l’occasion de l’exposition Weissenhofsiedlung à Stuttgart est une parfaite illustration de ses Cinq points d’une architecture nouvelle.

 

De nombreux bâtiments du Mouvement Moderne et postérieurement du Style International respecteront aussi ces principes mis en pratique par Le Corbusier.  Parmi ses œuvres architecturales, 17 ont été inscrites au Patrimoine Mondiale de l’Humanité. Une de ces œuvres qui lui a valu une telle reconnaissance est précisément le Palais de l’Assemblée de Chandigarh.

​L’étrange fondation de Chandigarh

Maintenant que nous en savons plus sur son auteur, revenons à la captivante histoire de la ville de Chandigarh. Son nom est donc une combinaison de ‘Chandi’, la déesse du pouvoir et de la transformation, et ‘Garh’ qui signifie force. Ces deux qualités étaient sans aucun doute nécessaires pour édifier cette ville en partant de rien. Elle sera par ailleurs la nouvelle capitale des actuels états de Punyab et Haryana après l’indépendance de l’Inde en 1947.

La projection de la ville, qui devait pouvoir abriter 150.000 habitants – même si aujourd’hui elle compte plus d’un million d’habitants – a été confiée au départ à l’architecte Mattew Nowicki et à l’urbaniste Albert Mayer, qui a créé le plan initial d’urbanisme. La mort tragique de Nowicki dans un accident aérien a toutefois conduit à la recherche d’un nouvel architecte.

 

L’histoire fascinante de la chaise Chandigarh que l’on voit partout

C’est donc Le Corbusier, connu pour sa tendance à l’innovation dans la planification de logements sociaux, qui fut choisi. Il lui fut confiée la mission de reprendre le projet avec ses associés Jane B. Drew et Maxewell Fry. Une équipe d’architectes et d’ingénieurs locaux les accompagnèrent également. Et c’est ici qu’apparait un nom très important de ce récit, celui de son cousin Pierre Jeanneret.

Architecte également, il s’associera à Le Corbusier, et sera sur le terrain au quotidien dès le début de la construction en 1951… Et même au-delà de sa fin, il vivra ainsi à Chandigarh jusqu’en 1965, deux ans avant sa mort. Le Corbusier se limitera à deux visites par an, supervisant l’avancée des travaux depuis Paris.

Dans une lettre de février 1951 adressée à sa femme Yvonne, Le Corbusier raconte la partie finale du processus de planification : « J’ai donné la dernière touche au plan de ce qui deviendra une ville unique au monde, construite pour que les gens y vivent dans la joie et la simplicité. »

 
Ver esta publicación en Instagram

Una publicación compartida de Deepank Ranka (@an_urbanexplorer) el

Les nouvelles caractéristiques de la ville de Chandigarh

Après une modification du premier plan de Mayer, la ville de Chandigarh a été divisée en secteurs qui vont du 1 au 60. Chacun de ces secteurs fonctionne comme une ville indépendante. Il compte ses propres marchés, temples et écoles, situés à moins de dix minutes de marche de n’importe quelle extrémité. On y trouve également une piste cyclable qui traverse ses ceintures vertes.

Le fait que la zone compte autant d’écoles, fait très intéressant au départ, permit au taux d’alphabétisation d’atteindre les 98%. Un véritable succès pour l’époque, qui fit de Chandigarh une référence d’excellence académique en Inde.

 

 
Ver esta publicación en Instagram

Una publicación compartida de Chandigarh Tourism (@chandigarhtourism) el

Les bâtiments sont imposants, sculpturaux et de style brutaliste, basés sur les fameux Cinq points d’une nouvelle architecture. Un des plus emblématiques est le Palais de l’Assemblée que nous avons déjà évoqué. Sa forme extérieure est inspirée des cornes d’un taureau, animal qui fascinait Le Corbusier dès ses premiers contacts avec l’Inde.

Son intérieur est toutefois très coloré, avec de nombreux murs et portes décorés des peintures de l’architecte, inspirées de motifs indiens. Il possède un mobilier très particulier : conçu par Pierre Jeanneret, parmi lesquels, bien entendu, la fameuse chaise Chandigarh.

La chaise Chandigarh de Pierre Jeanneret

L’histoire fascinante de la chaise Chandigarh que l’on voit partout

Le cousin de Le Corbusier a créé pour les bâtiments administratifs de la nouvelle ville une ligne complète de meubles. Ainsi, il opta pour des formes fonctionnelles et épurées, en référence au Mouvement Moderne. Néanmoins, et selon ce qu’ils avaient convenu avec le gouvernement du pays, les meubles furent fabriquées par des usines locales. Ils utilisèrent alors des matériaux autochtones, accessibles et adaptés au climat, comme le teck, l’osier, le bambou et le cuir.

À partir des années 80, ces pièces originales connurent des moments difficiles. Détériorées par l’usage et le temps, elles ont commencé à s’entasser dans des entrepôts publics. Celles qui purent échapper à la destruction se vendaient une poignée de roupies.

Mais de fins connaisseurs occidentaux avaient posé leurs yeux sur l’une de ses pièces qui semblait sortir du lot. Une chaise en forme de V inversé, initialement conçu comme mobilier de bureau finirait par devenir un objet de désir. Le monde du design allait bientôt lui trouver un nom : la chaise Chandigarh.

Mais pourquoi les meilleurs architectes d’intérieur du monde adorent la chaise Chandigarh ?

 
Ver esta publicación en Instagram

Una publicación compartida de Lauren Li (@sisalla_interior_design) el

La chaise de Jeanneret était conçue en théorie, sous de stricts critères utilitaires. Mais la convivialité qui s’en dégage, et une certaine élégance chaleureuse ravit les décorateurs. Ils commencèrent alors à l’intégrer dans des intérieurs sophistiqués en Europe ainsi qu’en Amérique.

En conséquence, un intérêt est né en Inde pour ces meubles empilés et abandonnées dans les entrepôts de Chandigarh. À tel point qu’en 2011, le gouvernement les a reconnus comme formant parti du patrimoine national. Il  interdit alors leur sortie du territoire sans l’accord express du ministre de la Culture.

L’histoire fascinante de la chaise Chandigarh que l’on voit partout

A la suite de cette décision, les chaises originales sont donc devenues rares sur le marché international. Elles étaient pourtant plus désirées que jamais. Leur prix a atteint des niveaux stratosphériques et seuls les plus fortunés pouvaient les acquérir. Et c’est ici qu’on retrouve Kourtney Karsashian et les douze chaises Chandigarh originales qu’elle possède dans sa salle à manger.

Néanmoins, si vous vous intéressez au monde de la décoration, vous aurez remarqué que ce modèle de chaises se retrouve de plus en plus dans les intérieurs tendances, sans pour autant qu’ils appartiennent aux plus riches du monde. Comment est-ce possible ?

La réponse se trouve à l’origine de la propre chaise Chandigarh. Parmi les documents, on ne trouve paradoxalement aucun croquis du meuble signé par Pierre Jeanneret. Il est admis qu’il l’a créé grâce à des interviews qu’il a données. Il n’existe cependant aucune information officielle qui souligne qu’il en est l’auteur. Ses designs peuvent dont être reproduits à volonté.

Ainsi, vous pouvez parfaitement avoir chez vous une réplique de la chaise iconique Chandigarh. Vous pourrez ainsi profiter de sa structure en bois de hêtre, et son assise et dossier en grille de rotin… pour un prix qui préservera la santé de votre portefeuille ! Vous ferez ainsi place à un petit morceau d’histoire de l’architecture dans votre maison.

CHANDIGARH BROWN

Chaise de style Rationaliste avec structure fabriquée en bois d’orme, assise et dossier en cannage en rotin. Finition en vernis transparent.
Réplique de la chaise iconique créée par le designer suisse Pierre Jeanneret pour le projet d’urbanisme dessiné par Le Corbusier dans la ville indienne de Chandigarh en 1951 (inscrite au Patrimoine de l’Humanité en 2016).
Dimensions: 57×60,5×85 cm | Hauteur d’assise: 47 cm

149,00 PRIX HT

180.29€ ( PRIX TTC )

CHANDIGARH BLACK

Chaise de style Rationaliste avec structure fabriquée en bois de bouleau, assise et dossier en cannage en rotin. Finition peinture powder coated.
Réplique de la chaise iconique créée par le designer suisse Pierre Jeanneret pour le projet d’urbanisme dessiné par Le Corbusier dans la ville indienne de Chandigarh en 1951 (inscrite au Patrimoine de l’Humanité en 2016).
Dimensions: 54x55x78 cm

139,00 PRIX HT

168.19€ ( PRIX TTC )

Suivez-nous sur Instagram et partagez les photos de votre intérieur décoré avec les meubles de MisterWils.

Taguez-nous pour que nous pussions les voir et partagez vos photos pour inspirer toute notre communauté de décorateurs d’intérieur et de decolovers.


 

Et souvenez-vous que tous nos produits sont disponibles dans le catalogue de MisterWils. Téléchargez-le ici. 😀

Descárgate el Catálogo de MisterWils

Pin It on Pinterest

Share This
0
Nouvelle discussion
1
💬En quoi puis-je vous aider?
Du lundi au vendredi de 8 h à 16 h
Bonjour 👋une question?